Témoignage 2

PEINDRE AVEC LES ENFANTS​
 

J’ai fait l’école Arthéa, à Genève et je suis art-thérapeute depuis 2007. Mon atelier se situe au cœur de la ville de Sion, dans un petit immeuble tranquille. Je peux accueillir jusqu’à 6 personnes : je reçois soit en séance individuelle, soit en groupe et je suis reconnue par les assurances complémentaires (ASCA, RME, EGK).

Je reçois enfants, adolescents et adultes et j’ai choisi de partager avec vous mon expérience dans les activités en groupe avec les enfants.

En début d’atelier, je mets en place le cadre, je présente le matériel, nos amies les couleurs avec lesquelles nous allons peindre et les petits rituels (chants, poèmes). Aussi souvent que nécessaire, je rappelle encore la chance dont nous disposons d’avoir un matériel aussi précieux, qui nous permet de réaliser toutes ces peintures. Le pinceau, l’éponge… chacun est « né » quelque part un jour, possède sa personnalité, son caractère. La feuille, par exemple, aime être caressée doucement lorsqu’on la mouille et ce qu’elle préfère c’est l’eau tiède. D’ailleurs si on tend l’oreille en faisant silence, on peut même entendre sa joie. Les enfants sont émerveillés et adoptent un comportement tout différent à l’égard du matériel. Je crois que, petit à petit, cela éveille en eux la conscience d’être dans un environnement où tout est vivant. Ils s’unissent au monde dans la joie, apprenant ainsi à l’écouter, à le respecter et à en prendre soin. Et c’est bien le rôle de l’adulte que de les amener à découvrir ce rapport au monde.

Chacun mouille sa feuille avec une éponge, en prenant son temps, ce qui les centre davantage et les prépare toujours plus à recevoir la couleur. Quand tout est prêt, j’introduis l’exercice du jour en réalisant une peinture devant eux, en leur racontant une histoire.

Ils sont aux premières loges, chacun d’un côté, le nez sur la feuille. Puis, ils se mettent à peindre à leur tour. Ils savent que je suis là pour eux, que je les accompagne dans leur geste ; ma présence les sécurise. Les plus jeunes peignent avec les couleurs en pot, déjà diluées. Les plus âgés peuvent aussi travailler avec la palette. 

Créer l’atmosphère, le cadre nécessaire pour préparer les enfants à entrer dans le monde des couleurs. Ainsi ils peuvent graduellement sentir monter la réjouissance de la peinture à venir et apprendre à mieux gérer leur impatience.
J’ai réalisé à quel point le cadre sécurisant était important à leurs yeux, car une fois cette confiance établie, le coeur peut s’ouvrir et l’activité devient plus riche.

Les histoires racontées avec les couleurs permettent aux enfants de tisser des liens étroits entre couleurs et sentiments. Je vis des moments privilégiés, très intenses, en les observant établir de tels liens. C’est comme si je sens leur âme s’ouvrir, se nourrir. Je suis emplie de reconnaissance de pouvoir vivre de tels instants.

Chaque enfant est unique, porteur d’un potentiel qui ne demande qu’à garder son éclat et exprimer son unicité. Ils ont encore toute la vie devant eux, tout à découvrir, à construire. Tout en eux est mouvement, vivant dans l’instant.


Cette expérience enrichissante me permet de constater à quel point l’apprentissage et l’intégration se fait rapidement chez l’enfant et m’enthousiasme à poursuivre dans ce chemin.

 

 

Isabelle Favre

© 2012 by Formation Arthéa All rights reserved